Mai ? Y’a pas de Mais

mai 2018
Quand je dis que je viens de Paname, les autres me regardent comme une pestiférée, une qui vit près du tyran, qui vit à la botte du pouvoir, une qui bave devant l'institution

 une qui subit le règlement, une qui entretient la maison d'un pouvoir illicite, une qui paye un loyer exorbitant et qui travaille pour payer, une qui bosse sous la pluie et qui observe la croissance des startups, une qui court après le fric... une qui a mal au monde. Moi je dis ça parce que, quand je suis allée en Ardèche la semaine dernière, j'ai oublié ce monde là, j'ai rencontré des personnes au sourire éclatant, au corps souples comme des lianes, au regard franc, à la poignée de main franche, j'ai vu leurs camions, leurs motos et leurs chiens, mais j'ai surtout vu la solidarité qu'ils vivent. En 3 secondes, l'autre monde était balayé, relégué aux calanques grecques comme un pauvre bateau éventré. Oui ces sourires, cette force de travail, leur bénévolat nourrissant cette vie collective, cette énergie, cette joie, était la mienne. Ils organisent, travaillent, construisent un temps de leur vie dont ils sont responsables à 100% et le but n'est pas que ça rapporte mais, comme dans un grand mariage, que cela marque leur histoire et que cela soit un moment fort dont on se souviendra longtemps. Et tous les week-ends, disent-ils, il y a une fête agri-agro-culturelle, ecolo-alimentaire, éco-responsable etc... Merci l'Ardèche d'agiter l'utopie, je vous dis à bientôt car je veux continuer de voyager
au cœur de l'humain !

La Compagnie Bouche à Bouche - association loi 1901 - 2/4 rue du général Humbert - 75014 Paris - 01 45 39 55 38 - contact@cieboucheabouche.com
Tous les contacts